Extend Consulting

Coaching – De l’individuel au collectif dans un monde qui change

La situation est exceptionnelle et demande de nous adapter rapidement. Mais comment revenir à une situation dite « normale » en sachant que rien ne sera comme avant. Nous allons avoir de réelles opportunités, oui mais sous quelles conditions ?

Maintenant pour certains, il va falloir retourner aux bureaux, sites, se retrouver et modifier certaines habitudes… Comment faire pour refaire le chemin dans l’autre sens, doit on reprendre les mêmes organisations, horaires, présences,…

21 jours sont nécessaires pour intégrer de nouvelle habitude et si vous souhaitez que vos nouvelles habitudes perdurent il faudra 90 jours, votre cerveau sera alors définitivement reprogrammé et ce sera votre nouvelle façon de vivre…

Nous sommes confrontés à une situation sans précèdent, mettant en avant nos faiblesses et nos forces. En effet, depuis plus d’une année chacun avait rendez-vous avec lui-même, confronté à ses capacités, ses doutes, ses attentes, pour trouver les ressources nécessaires afin de faire face à ses propres résonances et croyances, de la simple incompréhension de la situation, aux besoins de certitude jusqu’à l’abandon de certains acquis.

Pour vous aider à mieux vivre la situation… Quelques conseils..

Déterminer et clarifier votre vision / Pourquoi sommes-nous là ?

La vision donne un cap, elle offre la possibilité à chacun de s’approprier  dans son périmètre de responsabilité une direction claire et précise. Elle offre la possibilité de partager un but commun en répondant à la question « pourquoi nous sommes là ». En effet, les entreprises les plus inspirantes sont au service du but inspirant. Exemple la vision

Développez une vision ambitieuse :

La vision est extrêmement efficace pour mobiliser les équipes. Elle est le fruit d’une analyse fine et éclairante de votre raison d’être. Une vision peut se résumer en quelques mots et donner à chacun la possibilité de se l’approprier. «

Communiquer en privilégiant l’écoute active :

Bien communiquer, c’est prendre en compte nos différences de perception, de vue, de capacité d’écoute, chacun utilise des canaux  différents. En effet, chacun à son propre prisme et n’utilise pas les mêmes canaux que les vôtres, c’est pourquoi il est nécessaire de s’abstenir d’être dans le jugement. Inviter votre interlocuteur à vous exprimer le plus clairement ce qu’il ressent et d’essayer de comprendre sa logique. Reformuler pour bien valider vos compréhensions mutuelles en répétant ses mots et clarifiant ainsi vos points de vue mutuels.

Intégrer la courbe du changement (d’Elisabeth Kübler-Ross)

Selon les travaux d’Elisabeth Kübler-Ross, psychiatre et psychologue suisse, nous sommes confrontés à cette courbe lors de tout changement vécu. Que ce soit lors d’un départ de collaborateur, d’un membre de la direction d’une réorganisation interne ou d’une obligation de revenir sur son lieu de travail après une longue absence.

Ce cheminement passe par plusieurs étapes, selon la « courbe du changement » ou « courbe du deuil »

Chaque fois, il s’agit de la fin de quelque chose, c’est important de prendre conscience que le changement, même lorsqu’ il est souhaité par la personne, s’accompagne invariablement d’un sentiment de perte !

  1. Le processus est le suivant
  2. Le déni /le choc
  3. La colère
  4. La peur
  5. La tristesse
  6. L’acceptation
  7. Le bien être
  8. La sérénité

Les différentes phases avancées par le Dr Elizabeth Kubler- Ross nous permettent  d’identifier que chacun passe par ses étapes lors de changement. En prenant conscience  de ces phases nous pouvons mieux appréhender nos ressentis lors de changements mineurs ou majeurs.

En prenant en considération ce changement, vous gagnerez en sérénité et liberté.. Autres solutions, nos coachs peuvent vous accompagner dans votre évolution et dans la nécessité d’accompagner le changement.

Je vous souhaite une belle aventure de transformation  et de vivre pleinement le changement et toutes les opportunités que cela va vous offrir.

Pierre Marie Tixier – Coach certifié – directeur associé

www.extend-consulting.com

NOS VALEURS : ENGAGEMENT / EFFICACITÉ / DÉPASSEMENT

Qu’est-ce que le leadership ?

Qu’est-ce que le leadership ? Comment procéder à la transformation des entreprises ?

Comment procéder à la transformation des entreprises ? Qu’est-ce que le leadership ? C’est en voulant répondre à ces questions que Change The Work est allé à la rencontre de Joël ARMARY, Philippe BUISSON et Frédéric VERRIMST lors d’un échange à la Filature. Zoom sur le Papillon bleu, leur livre sur les transformations en organisation.

Pourquoi ce livre (le papillon bleu) porte un nom aussi biologique et naturel ?

Car le papillon représente l’insecte de la transformation : la chenille devient papillon en passant par l’étape de la chrysalide, l’étape de la transition. Pourquoi bleu ? Pour illustrer à la fois une couleur douce et océanique mais également pour illustrer le morpho bleu, beau papillon de la transformation.

Quand transformation rime avec évolution

Transformer les entreprises n’est pas chose facile. “Ce livre n’a pas pour vocation d’apporter la vérité pure et dure” selon les co-auteurs. Toutefois, il se décompose en trois grandes parties : le principe de la transformation et la nature, le design thinking et la trilogie des relations. Bien que la transformation soit continuelle car “on se transforme tout le temps”, il existe des étapes pour transformer une entreprise.

Première étape : Prise de conscience  En effet, la première étape est la prise de conscience. Joël ARMARY, Philippe BUISSON et Frédéric VERRIMST ont matérialisé une équation mathématique pour illustrer cette transformation en entreprise : F(ent) = D²V²(equi(t)pilo(t)).

Cette équation représente la transformation. Cette dernière comprend des indicateurs :

D est le diagnostic, D² est le diagnostic partagé, V est la vision, V² est la vision partagée, Equi(t) est l’équipe de transformation et Pilo(t) est le pilotage de la transformation.

(suite…)

Êtes vous prêt pour un nouveau challenge ?

Dans un monde incertain, nous devrons nous adapter et remettre en question nos certitudes et habitudes. L’entreprise peut être contrainte de redéfinir son organisation et vous pourriez être obligé de quitter votre entreprise ou de votre propre initiative vous orienter dans un nouveau projet professionnel ou orientation.

Nous sommes souvent de bons conseils pour les autres. Mais lorsque l’on se lance seul la traduction de nos priorités personnelles peut rester flou. Notre environnement proche, notre mode de fonctionnement, notre cadre de référence peuvent freiner cette démarche.

Nous vous conseillerons lorsque la motivation est suffisamment forte d’être accompagné par un Coach ou une structure pouvant par son expertise vous faire gagner du temps.

Mais avant de vous lancer, quelques conseils pour mobiliser tout vos atouts afin de créer des opportunités ?

« Derrière chaque difficulté, il y a une opportunité de se réaliser différemment, de construire un autre projet ou de donner un autre sens à sa vie.
Il s’agit d’un état d’esprit que nous vous encourageons à travailler et à vous approprier. »

Vous pouvez développer et renforcer votre projets en suivant ,par exemple, les 10 étapes suivantes :

  1. Comprendre la logique de son parcours
  2. Identifier ses forces et faiblesses
  3. Revivre ses victoires et réussites
  4. Comprendre sa personnalité 
  5. Prendre conscience de son potentiel
  6. Traduire ses rêves et les projeter
  7. Mettre en place un plan d’action
    stratégique et opérationnel ciblé
  8. Définir des actions ciblées auprès d’interlocuteurs en relation avec votre projet.
  9. Créer et développer votre réseau.
  10. Analyser les résultats avec efficience 

Mais vous pouvez aussi utiliser la solution d’accompagnement , l’outplacement :

Souvent pris comme une sanction, il peut être une véritable opportunité pour se réinscrire dans un nouveau poste ou se réorienter professionnellement.

L’activité professionnelle a une part importante dans la réalisation de chacun et représente un élément important de son équilibre, financier, social, appartenance à un groupe.

Lors de cette rupture avec l’entreprise, le choc peut être violent, engendrant des niveaux de stress différents en fonction de chacun. L’outplacement par sa structuration permet de prendre du recul et de mieux gérer ses angoisses. Nous ne sommes pas tous égaux face au stress.

Cet accompagnement permet de vous donner la possibilité de trouver un nouveau poste en fonction de vos besoins et de vous réaliser. L’outplacement par sa méthodologie et son processus offre des perspectives différentes et rapides.

Une autre solution est l’accompagnement en utilisant le Coaching Individuel

Le Coaching Individuel est un accompagnement personnalisé dont l’objectif sera de développer à la fois votre potentiel personnel et votre savoir-faire dans le cadre d’objectifs professionnels. Cela passera par la compréhension des besoins et objectifs puis par la prise de conscience et appropriation du changement.

Lorsque l’on se trouve en phase de questionnement, l’essentiel est d’éviter de rester seul. Cette situation peut induire du stress, nous empêchant de prendre des décisions, d’agir, de se concentrer.

La situation actuelle liée aux incertitudes va impacter notre vie personnelle et professionnelle, savoir s’entourer, créer du réseau est plus que nécessaire pour faire face au changement… ..la proximité a du sens.

Changer d’orientation, se réinscrire dans un nouveau projet, développer ses compétences, clarifier ses besoins, utiliser l’ensemble de son potentiel, .. nos experts de Expert Consulting possèdent la double compétence coach et recruteur pour vous accompagner dans ce changement…

En savoir plus…

www.extend-consulting.com

Extend Consulting
E-coaching solution efficace

PERSONAL BRANDING SUR LES RESEAUX SOCIAUX – Valorisez votre singularité, oui mais comment ?

Le personal branding consiste à établir une stratégie de communication vous correspondant, valorisant votre profil, vos compétences comme un plan marketing. Il peut s’appliquer pour un candidat qui cherche un emploi, pour un chef d’entreprise ou un manager qui cherche à convaincre ses clients ou ses collaborateurs. C’est un processus qui n’est donc vraiment pas à négliger, car c’est une aide précieuse pour redefinir votre projet personnel et professionnel. Plusieurs éléments vont donc être décisifs dans ce processus de personal branding.

Le personal brandingc’est votre « marketing personnel », afin de développer, de partager, ou d’exprimer votre singularité et différence auprès de réseaux. il s’agit d’une vraie stratégie de la même manière qu’un plan marketing.


PREMIERE ETAPE – VOTRE DIAGNOSTIC SWOT –  Qu’est ce qui vous caractérise ?

Etablir un SWOT. Le SWOT, c’est le diagnostic marketing de base qui analyse les forces et faiblesses (Strengths & Weaknesses) , les opportunités et les menaces (Opportunities & Threats) de l’entreprise et/ou du produit face au marché. Avant d’entreprendre un quelconque processus, si vous n’êtes pas certains de vous connaître à 100%, commencez donc par établir un SWOT de vous-même. Cela vous permettra d’identifier votre potentiel, de réaliser en quoi vous êtes différent des autres personnes, qu’est ce qui fait votre singularité et cela vous permettra à l’issue de déterminer un plan d’action ainsi que votre objectif.


DEUXIEME ETAPE – EXEMPLE DANS LA CADRE DE LA RECHERCHE DE L’EMPLOI IDÉAL

Définir le plan d’action est la stratégie en ciblant le poste idéal, dans quel environnement  (quel type d’entreprise, sa culture,..) votre savoir faire et compétences et enfin vos besoins. Cette réflexion devra se traduire de préférence sur un document « c’est votre trame ». il va en découler : le curriculum vitae*, souvent la lettre de motivation, et la préparation aux entretiens « votre Pitch ».

Votre CV* : S’il y a une étape à ne pas négliger dans votre processus d’embauche, c’est bien la création de votre CV, c’est votre carte de visite. Le cv à pour objectif  de présenter votre parcours et d’aider votre interlocuteur à juxtaposer les compétences attendues et les vôtres. Il retrace votre parcours et permet de retrouver les critères attendus par les recruteurs. 

Passées les étapes de la création du CV et LM, il vous faudra être convainquant lors des entretiens. Il n’y a pas de secret pour ces phases : préparez-les au maximum (lecture de journaux, informations sur l’entreprise, préparation de son speech, tenue adaptée à l’entreprise), c’est-à-dire mettez en marche votre plan d’action, et soyez naturel(le). Dites-vous que le travail bien fait et méticuleux est celui qui paraît naturel et fluide alors qu’il a en réalité été travaillé pendant des heures voire des jours auparavant. Si vous deviez garder un fil conducteur durant tout votre process, ça serait de tout mettre en oeuvre pour atteindre votre but, de manière adaptée et originale, mais surtout de le faire en restant vous- mêmes.


FELICITATIONS VOUS AVEZ ÉTÉ CHOISI(E) !!!!

Comme nous l’avons signalé précédemment, il faut que vous restiez vous-mêmes. C’est, somme toute, l’un des actes les plus faciles à entreprendre, mais c’est aussi l’un des plus indispensables. Le fait d’avoir été vous-mêmes durant tout votre process vous facilitera le reste de votre vie professionnelle, car vous n’aurez pas à réfléchir à vos actions futures, elles se feront naturellement et satisferont votre collaboration.

Passée cette étape du « être soi-même », il n’y a pas secret : soyez efficaces, et fournissez un travail de qualité. De plus, si jamais des éléments vous perturbent, parlez-en. Un travail réalisé en collaboration transparente avec vos interlocuteurs sera forcément bon et approuvé.


TRAVAILLER AVEC LES AUTRES…dans un état d’esprit de coopération.  

Vous allez avoir besoin des autres pour vous réaliser et atteindre vos objectifs. C’est ce qu’a théorisé l’américain Abraham Maslow en 1943 avec sa pyramide des besoins (pyramide qui classe les besoins des individus de façon hiérarchique). L’avant-dernier étage de la pyramide concerne le besoin d’estime, à travers la reconnaissance et l’appréciation des autres. Cette appréciation vous permettra, comme une entreprise qui fidélise ses clients, de créer un réseau éfficace. A travers votre implication et vos actions réfléchies, vous vous serez apprécié(e) et cela n’en sera que d’avantage bénéfique pour vous. Egalement, le besoin d’estime dont parle Maslow se traduit par la confiance et le respect de soi, ce qui nous amène à la partie suivante :


…MAIS AUSSI POUR VOUS POUR VOTRE ACCOMPLISSEMENT 

Même si certaines personnes vous parlent de collectif, il est impératif de prendre conscience que lorsque vous réfléchissez sur votre « personnal branding », cela ne concerne que vous. C’est d’ailleurs le dernier critère de cette fameuse pyramide : le besoin d’accomplissement de soi. C’est grâce à cet accomplissement de soi que vous gagnerez en sérénité et confiance. 


QUEL PIEGE À EVITER ?

Attention, il y a différents pièges à éviter. Lorsque l’on pense à « vendre ses compétences et son profil », certaines personnes pourraient mal l’interpréter et agir de manière contre-productive. Il ne s’agit pas ici d’aller inventer des compétences que vous ne possédez pas, ou d’entreprendre des actions trop originales parfois maladroites, qui vous feraient plus de mauvaise publicité qu’autre chose. Gardez bien à l’esprit qu’une bonne candidature, une communication travaillée vous aidera à vous mettre en relation avec les bons interlocuteurs susceptibles de vous aider dans la réalisation de projets et objectifs.


MAINTENANT AGISSEZ !!! 

Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire : appliquez ces conseils à votre profil si ce n’est pas déjà fait, et constatez le changement. Si ce n’est pas déjà fait non plus, nous vous conseillons également pour aller plus loin de lire notre article « construire son projet professionnel ».


Si vous souhaitiez changer de travail ou vous réinscrire dans un nouveau projet professionnel nous vous encourageons à déposer votre candidature sur notre site espace candidats.

Personal Branding sur les réseaux sociaux – Valorisez votre singularité, oui mais comment ?

Construire son projet professionnel ? Comment ? pourquoi ?

Pourquoi est ce important de construire son projet professionnel.

Les enjeux économiques et autres orientations nous obligent à être réactifs mais surtout à développer beaucoup de polyvalence. Notre capacité à réagir positivement dans ces changements majeures nous permet de nous épanouir et réaliser pleinement nos projets professionnels.

Nous vous encourageons à être acteur de votre projet professionnel, en définissant vos prérogatives personnelles sans vous laisser porter par des opportunités qui ne vous correspondrez pas.

Quelques conseils pour améliorer votre stratégie 

Définir quelles sont mes forces et faiblesses ? 

Évaluer avec objectivité vos points forts et vos points à améliorer. S’il vous manque un critère incontournable et inaccessible, inutile d’insister. En revanche, dans les autres cas, posez vous la question !

  •  Quelle est votre marge de manœuvre ?
  • Avez vous un point fort qui peut compenser un point faible ?
  • Pouvez vous envisager une formation, pour compenser une lacune ?
  • Dans quel délai ?

Définissez un positionnement :  Comment voulez vous être perçu par chacune des cibles. Le Personal Branding est un très bon outil pour clarifier vos atouts, perspectives et besoins. Votre positionnement doit être explicite. Veuillez aussi à ce qu’il soit cohérent avec ce que vous êtes.

Élaborez un plan d’action : Comment organiser mon projet professionnel. Dans quel mode de communication suis je le plus efficace et à l’aise

Quel calendrier : Fixez vous un calendrier. Sans timing, nous avons du mal à respecter nos engagements.

Outils : le Cv et lettre de motivation restent le premier contact avec vos interlocuteurs recruteurs, dirigeants,.. (soignez la forme,…) En effet, nous ne rappellerons jamais assez, votre CV et LDM doivent susciter l’intérêt. Ils nous permettent de préparer notre rencontre, ils doivent être clairs, précis, en lien avec la demande… et recherche.

Comment être informé sur les postes à pourvoir ?

« 54% des recrutements ne sont pas visibles sur le marché.« 

 Adopter une stratégie proactive en clarifiant votre objectif professionnel :

Aprés avoir clarifié vos cibles, sollicitez votre réseau personnel (entourage personnel, familial, amical,…) professionnel (réseau club, associatifs,..) favorisant la cooptation.

Multipliez les échanges et les contacts (entretiens d’information avec des personnes occupant les fonctions que vous visez, rencontrez les lors de salons, associations ou regroupements professionnels). Contactez les cabinets de recrutement, envoyez vos cv…

Vous pouvez aussi déposer votre cv sur notre site, @extend-consulting.com

Instruisez vous et lisez régulièrement la presse : économique, nationale, spécialisée, quotidienne….

Les outils “réseaux” : Utilisez les réseaux tels que LinkedIn,… pour échanger et diversifier votre réseau et atteindre les interlocuteurs ciblés.

Votre première ressource :   VOUS !!!! 

Prenez soin de vous…. Faites du sport, activité en plein air, mais bougez !!!!

Pourquoi est ce important ? A votre avis !!!! 

Vous pouvez nous suivre aussi sur notre Blog http://www.blog.chasseur.de.tetes.extend-consulting.com/

Merci,

Pierre Marie Tixier 

Directeur Associé Extend-consulting 

www.extend-consulting – Recrutement – Coaching – Formation – Outplacement

Comment procéder à la transformation des entreprises ? Qu’est-ce que le leadership ?

Le Papillon Bleu, ou la transformation en entreprise de nos jours

Comment procéder à la transformation des entreprises ? Qu’est-ce que le leadership ? C’est en voulant répondre à ces questions que Change The Work est allé à la rencontre de Joël ARMARY, Philippe BUISSON et Frédéric VERRIMST lors d’un échange à la Filature. Zoom sur le Papillon bleu, leur livre sur les transformations en organisation.

Pourquoi ce livre porte un nom aussi biologique et naturel ?

Car le papillon représente l’insecte de la transformation : la chenille devient papillon en passant par l’étape de la chrysalide, l’étape de la transition.

Pourquoi bleu ?

Pour illustrer à la fois une couleur douce et océanique mais également pour illustrer le morpho bleu, beau papillon de la transformation.
Quand transformation rime avec évolution
Transformer les entreprises n’est pas chose facile. “Ce livre n’a pas pour vocation d’apporter la vérité pure et dure” selon les co-auteurs. Toutefois, il se décompose en trois grandes parties : le principe de la transformation et la nature, le design thinking et la trilogie des relations. Bien que la transformation soit continuelle car “on se transforme tout le temps”, il existe des étapes pour transformer une entreprise.

En effet, la première étape est la prise de conscience. Joël ARMARY, Philippe BUISSON et Frédéric VERRIMST ont matérialisé une équation mathématique pour illustrer cette transformation en entreprise : F(ent) = D²V²(equi(t)pilo(t)). Cette équation représente la transformation. Cette dernière comprend des indicateurs : D est le diagnostic, D² est le diagnostic partagé, V est la vision, V² est la vision partagée, Equi(t) est l’équipe de transformation et Pilo(t) est le pilotage de la transformation.
Pour transformer, il faut donc diagnostiquer, partager une nouvelle vision de groupe : le collaboratif et l’échange sont deux notions clés pour transformer. Le temps est un indicateur qui n’est pas pris en compte dans cette équation. Mais pas de panique : les trois auteurs nous expliquent que cet indicateur serait beaucoup trop variable et dépend de chaque entreprise. Certaines entreprises ont du temps pour se transformer (en général ce sont celles qui vont bien) ; d’autres n’ont pas le temps (ce sont celles qui nécessitent une transformation brutale due à une situation de crise).
Ainsi, lorsque l’entreprise a pris conscience de cette nécessité de transformation et qu’elle commence à y procéder, on assiste à une évolution au sein de l’entreprise. Bien que le mot clé reste et demeure “transformation”, une évolution se dessine et l’entreprise change et se change.
Le leadership et les soft skills

Quant au leadership, où se trouve-t-il ? Au premier abord, on aurait tendance à dire que ce sont les dirigeants qui possèdent le pouvoir et le leadership. Toutefois, ceci n’est pas la réalité : le leadership est à tout niveau, même à la base de la pyramide. Plus on est haut, plus il faut regarder ce qu’il se passe au bas de la pyramide hiérarchique pour mieux comprendre l’entreprise et ses besoins, voire tout simplement les besoins des collaborateurs.
Et les soft skills, où sont-elles parmi ce leadership ? Ne prône-t-on pas trop souvent des diplômés de grandes écoles au détriment des compétences humaines ? Les soft skills, qui sont les savoir-être, ces compétences humaines et de personnalité de plus en plus sollicitées par les entreprises, sont on ne peut plus nécessaires dans le contexte actuel. Les entreprises (qu’elles se transforment ou non) ont besoin de personnes originales, atypiques, qui se démarquent et non de clones ayant le même profil d’études et de technique. Car à l’heure d’aujourd’hui, le besoin en soft skills et en personnes “humaines” n’a jamais été aussi nécessaire et important pour les entreprises qui ont besoin de personnes capables de gérer le changement et d’anticiper ce changement, parfois non gérable pour des profils trop classiques. Et c’est ça le point clé du leadership selon les auteurs de ce joli livre : “être perméable au terrain”.

https://changethework.com/le-papillon-bleu-2/

Comment concilier vie professionnelle et vie privée

Beaucoup souhaitent concilier la vie professionnelle et vie privée, et pourtant il n’est pas forcement très aisé de réussir cette performance.

Celine Duval apporte quelques clés très utiles, et nous souhaitions les partager avec vous. Bonne lecture…

« Squash, cinéma, bénévolat… sans oublier le travail ! Les journées de Bastien Yverneau sont bien remplies. A l’écouter, on en oublierait presque qu’il est chef d’entreprise. Avec sa sœur Garance, ils ont créé, il y a deux ans, Happy Families, un lieu multiservice destiné aux familles, où les parents peuvent se faire coiffer, profiter d’une séance de yoga ou de conseils en gestion de carrière pendant que les enfants sont pris en charge.

La fréquentation est en forte hausse ? Qu’à cela ne tienne : pas question pour Bastien de laisser le boulot empiéter sur sa vie privée ! « Je travaille environ quarante heures par semaine. C’est peu par rapport à la plupart des entrepreneurs. » Un choix de vie pleinement assumé et réussi par ce trentenaire, qui s’est fixé des règles qu’il applique à la lettre. Une preuve parmi d’autres que, s’il n’existe pas de recette miracle pour concilier vie pro et vie perso, il y a tout de même de bonnes pratiques à mettre en œuvre au quotidien.

HIÉRARCHISEZ LES TÂCHES

Qui ne s’est jamais senti dépassé par l’urgence et la somme des tâches à accomplir ? « C’est l’une des premières causes de l’empiètement de la vie pro sur la vie privée », constate Emmanuelle Larroque, fondatrice et dirigeante de Social Builder, start-up sociale engagée en faveur de la mixité dans la sphère économique.

Il existe pourtant une parade simple et efficace, la to do list. Chaque matin, dressez l’inventaire de ce que vous avez à faire, en commençant par le plus important. « Gare aux listes à rallonge, dont vous ne viendrez jamais à bout ! Soyez concis et réaliste, prévient Emmanuelle Larroque. Le but est de rationaliser votre emploi du temps afin de mieux vous organiser et de ne pas vous laisser déborder par le travail. »

Pour se concentrer sur le principal plutôt que sur l’urgent, Garance Yverneau, fondatrice et dirigeante de 5A Conseil (gestion de carrière au féminin), applique le principe de Pareto, selon lequel 80% des résultats sont obtenus par seulement 20% du travail. « Je débute par les travaux qui ont le plus de retombées positives et je relègue les tâches accessoires en fin de journée, quand je suis moins efficace. » La première question à vous poser est donc : « Si je ne devais travailler que deux heures par jour, quelle tâche serait essentielle ? »

ORGANISEZ-VOUS SANS CULPABILISER

Hiérarchiser les tâches, d’accord, mais sans culpabiliser ! Il ne s’agit pas de tout planifier de manière militaire, mais de vous donner les moyens de vivre plus sereinement. Au lieu de vous imposer une cadence infernale, relativisez en vous disant que vous faites du mieux que vous pouvez.

« Acceptez aussi de mettre de côté certains projets, conseille Emmanuelle Larroque. Ou tout au moins de les faire avancer à un autre rythme, pour accorder la priorité à d’autres et les mener à bien dans de bonnes conditions. Si, malgré tout, vous avez le sentiment d’effectuer des sacrifices, c’est peut-être que vous n’avez pas fait les bons choix au départ. »

OBLIGEZ-VOUS À DÉLÉGUER

Autre erreur fréquente, au bureau comme à la maison : vouloir tout faire soi-même ! « Cette attitude de petit chef vous met la pression et fait déborder vos obligations professionnelles au-delà de leur cadre », explique Jérôme Ballarin, président de l’Observatoire de l’équilibre des temps et de la parentalité en entreprise.

Déléguer et partager sont deux moyens d’optimiser votre charge de travail, en la répartissant équitablement. Bastien Yverneau est orfèvre en la matière. « Bien sûr, expliquer comment passer des commandes ou comment répondre aux demandes d’information des clients prend du temps au départ, beaucoup plus que si je le faisais moi-même, concède-t-il. Mais, ensuite, la stratégie est gagnante : une fois mes salariés formés et autonomes, je peux me consacrer à autre chose. »

POSEZ DES LIMITES À NE PAS FRANCHIR

Déléguer, c’est bien ; savoir dire non, c’est mieux ! « Refuser des réunions tardives, ne pas répondre aux e-mails le weekend : il faut parler de ce qui vous pèse, de ce qui vous permettrait d’être plus efficace, conseille Sylvaine Pascual, fondatrice d’Ithaque Coaching et consultante sur le plaisir au travail. Travailler autrement ne signifie pas travailler moins ou moins bien, mais souvent mieux. » Beaucoup de salariés souhaiteraient télétravailler. Mais combien osent le demander ? Pour obtenir gain de cause, argumentez : expliquez en quoi cela constituerait un plus pour vous, pour l’équipe et pour l’entreprise, proposez une période d’essai…

REPEREZ LES VOLEURS DE TEMPS

Consultation des e-mails, appels intempestifs, conversations qui s’éternisent… On ne prend pas toujours la mesure des moments chronophages au quotidien. Bastien Yverneau, lui, a identifié les démarcheurs. « Mon équipe a beau filtrer, il y en a toujours qui arrivent jusqu’à moi. Au début, par politesse, je les laissais dérouler leur argumentaire, avant de leur avouer, de longues minutes plus tard, que je n’étais pas intéressé. Aujourd’hui, je leur demande directement ce qu’ils vendent, ce qu’ils attendent. En cinq minutes, c’est réglé. »

A défaut de les supprimer, essayez au moins de concentrer toutes les tâches qui vous parasitent. Jérôme Ballarin conseille ainsi d’alterner les journées « sable », passées à gérer les appels, la paperasse, les réunions, etc. Et les journées « pavé », où vous choisissez de vous concentrer uniquement sur des projets de fond.

>Réunionite : un mal toujours aussi aigu chez les cadres

MÉNAGEZ-VOUS DE VRAIES PAUSES

Enfin, dernier conseil, mais pas des moindres : à l’heure du tout-connecté, apprenez à vous déconnecter ! Pour vous consacrer à votre entourage mais, surtout, à vous-même. Une fois par semaine, Garance Yverneau débranche tout pour aller marcher. « Pendant cette pause, mon esprit vagabonde et fait le tri dans la somme des informations reçues. Je fais le point sur mes objectifs, mes envies… Une fois de retour, je suis plus disponible et plus créative. »

Pour ne pas zapper ce moment, Emmanuelle Larroque recommande de l’inscrire dans son agenda comme n’importe quel autre rendez-vous, de le sacraliser en allant, par exemple, courir avec des amis. Il y en aura toujours un pour motiver les autres et pour vous rappeler que vous avez tendance à laisser le travail empiéter sur votre vie personnelle.

Notre sondage

48% des femmes et 43% des hommes refuseraient de s’éloigner de leur famille pour avoir un meilleur job.

31% des hommes et 22% des femmes sont prêts à bosser quinze heures de plus par semaine pour augmenter leur salaire de 50%.

QUAND L’ENTREPRISE AIDE SES SALARIÉS À DÉCROCHER

Axa : «Bosser le week-end, c’est pas charte !»

Fini, les réunions le soir après 18 heures et le matin avant 9 heures chez Axa France, oublié, l’envoi d’e-mails en dehors des heures du bureau ou le weekend. Pour aider ses collaborateurs à trouver un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle, le groupe a mis en place, dès janvier 2012, la charte « Pour mieux travailler ensemble ».

S’il n’y a aucune obligation à la respecter, et alors même qu’aucun chiffre n’atteste de résultats concrets, une nouvelle expression a fait son apparition parmi les salariés : « Etre charte/ne pas être charte ». « Une réunion passé 18 heures ? Ce n’est pas charte ! » C’est dit avec humour mais le message est là et il s’applique à tous. Quant au télétravail, l’entreprise l’a mis en place dès 2007, avec deux formules possibles : deux jours par semaine ou quatre par mois. Séduits, deux tiers des cadres ont choisi le télétravail selon une ces formules.

 » Le week-end, aujourd’hui, c’est sacré pour moi. Je croyais cela impossible, et pourtant je l’ai fait. » Quand il fonde Saguez & Partners, en 1998, Olivier Saguez prend le risque de délaisser son bureau le samedi, alors que l’activité n’est pas assurée. Non seulement il s’aperçoit très vite qu’il est capable de faire du bon boulot en cinq jours, mais il voit sa société décoller au bout de six mois. Depuis cinq ans, il va plus loin : le jeudi soir, il file en province et planche au calme sur ses dossiers le vendredi matin. Le reste du week-end est pour lui et sa famille.

Pourtant durant vingt ans, salarié puis patron de filiale, ce designer de talent avait travaillé comme un fou, y compris un samedi sur deux. « Ma femme m’a imposé des règles, comme accompagner mes enfants à l’école le matin. Leur tenir la main, c’est important. » Avec l’expérience, il réalise que doser l’effort et prendre du recul est essentiel pour être efficace. « Il faut lire, se cultiver, voyager, s’intéresser aux autres. Sans cet équilibre de vie, je n’aurais pas aussi bien réussi mon entreprise. »

Céline Deval pour en savoir plus….https://www.capital.fr/votre-carriere/l-art-de-concilier-vie-pro-et-vie-privee-1114104

#neuroscience #leader

Et si nous prenions conscience que le travail est déterminant dans l’équilibre de vie de chacun.

La situation actuelle nous prouve que la fragilité de notre système repose sur l’interaction entre tous les êtres et que chacun est co-responsable à travers sa propre action. Sommes nous tous égaux face aux changements ?

Comment faire lors de situations exceptionnelles comme celles que nous vivons pour motiver ses collaborateurs pour qu’ils puissent rester impliqués et surtout, lors de la potentielle reprise, s’intégrer dans une démarche collective et professionnelle dans un prévisionnel futur non-connu caractérisé par l’incertitude.

Comment faire pour créer une dynamique positive dans un contexte comme celui-là, nouveau et inhabituel ? Reproduire des réflexes habituels n’induirait que des résultats inadaptés puisque nous sommes obligés de nous adapter. En effet, les résistances aux changements sont très souvent caractérisés par la peur du changement, la perte de contrôle, la peur de l’échec, la non maîtrise,..

Nous sommes confrontés à un nouveau paradigme, comment être plus conscient, plus résilient et plus heureux dans le changement.

Les différentes études ont permis de comprendre que ce n’était pas l’intensité des expériences positives, mais leur fréquence qui rendait les gens heureux. La pleine conscience est une première étape. Comment l’intégrer dans le management de ses équipes, famille, Groupe,…la pleine conscience pour être plus résilient et plus heureux dans le changement.

Pleine conscience et management : La pleine conscience consiste à remarquer activement les choses nouvelles. Nous sommes confrontés à un changement majeur de comportement. En effet, comment maintenir de la proximité en prenant en compte que nous sommes tous différents dans nos comportements !.

Nous avons vu des comportements extrêmes dans certains magasins pour l’achat de produit de première nécessité. La courbe de changement explique clairement les étapes différentes de gestion de crise, du déni (mais voyons ce n’est qu’une petite grippe), en passant par la colère, la peur, la tristesse, l’acceptation puis enfin la sérénité.

Quelles sont les étapes nécessaires pour accompagner les personnes dans l’acceptation :

La première étape : accepter que chacun est différent, ne réagit pas de la même façon lors de situation nouvelle. En effet, nous pourrions croire que la posture hiérarchique, un cursus universitaire,.. pourrait faire valoir une capacité supplémentaire à développer des aptitudes supérieures à l’adaptabilité.

Deuxième étape : Ecouter, écouter et écouter… la clarification passe par une écoute active, faisant abstraction de ses perceptions, certitudes. C’est une étape déterminante dans l’accompagnement de personnes sous stress. Il a été validé que nous avions deux choix en situation de stress, la fuite ou l’attaque. Écouter permet de réduire ce choix et d’aider à trouver des solutions adaptables à ses besoins.

Troisième étape : Identifier et clarifier votre ou vos objectifs. Pourquoi vous faites cela ? Quels sont les avantages de cette approche par rapport à une autre ? Lorsque vous posez les questions cela permet de mieux clarifier vos objectifs, chacun se détend un peu et on y gagne en clarté ainsi qu’en opportunité à saisir. Maintenez aussi les équipes au courant de tout ce qui pourrait avoir de l’influence sur leur travail.

Quatrième étape : Pleine conscience et expertises Etre en pleine conscience dans les différentes étapes de la courbe du changement offre la possibilité de ressentir ses besoins, d’intégrer nos différences de comportement dans des situations de changement et d’accepter que l’on ne peut pas tout savoir et maitriser. C’est faire preuve d’une maturité managériale que de dire « concernant ce sujet, pour répondre à cette question, …je ne sais pas !! »

Cinquième Etape : Se recentrer sur ses émotions En vous recentrant sur vos émotions, vous avez la possibilité de vous réinscrire dans « ici et maintenant » cette temporalité offrant la possibilité de vivre le présent. Et de prendre conscience que chaque instant compte, que vous pourrez être fier de votre comportement, que cette étape vous aura peut être permis de mieux vous (re) connaitre.

Contact : Extend Consulting – https://www.extend-consulting.com/coaching-individuel

Bien être au travail – 7 conseils pour une bonne méditation anti burn out –

Nous sommes confrontés en permanence à des sollicitations ne nous permettant pas de prendre le recul nécessaire pour se reposer, couper ou prendre simplement le temps de se reconnecter.

Nous avons trouvé un article intéressant vous permettant de commencer à prendre de la hauteur, nous vous souhaitons bonne lecture…

« Vous êtes fatigué, irrité, avec l’impression d’être submergé de travail et ne de pas pouvoir déconnecter ? Attention, vous frôlez peut-être le burn out… Pour l’éviter, essayez la méditation. Mais qu’est-ce c’est ? “La méditation est un état de conscience particulier qui permet de faire un voyage en soi”, précise le Dr Marine Colombel, psychiatre à l’hôpital d’Étampes et coauteur du livre La Méditation anti-burn out(éditions Marabout). Si on a découvert des traces de la pratique sur des stèles dans le nord de l’Inde datant de 7 000 ans avant J.C., les premiers écrits sont un peu plus récents, entre 500 et 300 avant J.C. Dans les sociétés occidentales, ce sont les Occidentaux qui voyagaient en Orient qui l’ont ramenée et ont laïcisé la pratique méditative, en gardant l’aspect psychologique. “La méditation permet de faire le point sur son état corporel et émotionnel, donne des outils pour apprendre à faire diminuer son stress rapidement avec la respiration et permet de faire un travail en profondeur sur ses valeurs et de se recentrer sur ses besoins”. Encore mieux, elle améliore les capacités de concentration, de mémorisation et aide le cerveau à planifier. Suivez le guide avec Marine Colombel.

Respirez

La respiration a un lien entre le corps et l’esprit. Par exemple, quand une émotion forte arrive, le souffle s’accélère et inversement. “Se recentrer sert à retrouver sa respiration naturelle. Il suffit de prendre conscience de sa respiration. Ce simple fait va la modifier, la ralentir. Elle sera donc plus efficace et plus ample. C’est la respiration abdominale, qui se rapproche de celle du nourrisson”, détaille Marine Colombel.

Prenez conscience de votre état

Comme une première étape, la méditation à trois focus permet de faire un état des lieux général : “Analysez vos sensations corporelles, vous apprendrez ainsi à diriger votre attention vers des sensations physiques du corps. Ensuite, concentrez-vous sur votre respiration, sans la modifier. Et enfin, analyser vos pensées et vos émotions pour scanner votre monde intérieur”. Alors, le bilan est plutôt positif ou négatif ? À vous d’en tirer des conclusions…

Méditez debout

La méditation debout, Zhan Zhuang, vient de Chine. Debout, pieds écartés à la largeur du bassin,  le dos droit, poussez dans le sol et en même temps, tirez le sommet du crâne vers le haut. Les bras sont soit comme posés à plat face aux hanches, soit en l’air devant vous comme si vous teniez un arbre. Souple, faites des petits mouvements de balancier, d’avant en arrière ou sur les côtés. Laissez votre respiration suivre un rythme naturel et concentrez-vous sur vos sensations. “À faire partout, dans les transports en commun, au bureau…

Par Julie FALCOZ  Journaliste 

Source.. En savoir plus  http://courriercadres.com/management/gestion-du-stress/7-conseils-pour-une-bonne-meditation-anti-burn-out-14062018